dimanche 5 avril 2009

Régistre des armes à feu

Pourquoi deux registres des armes à feu ?

Le gouvernement fédéral sous la direction de Jean Chrétien, a dépensé quelques deux milliards de dollars pour établir une simple liste de propriétaires d'armes à feu. Il est difficile de croire qu'un projet faisant appel à une technologie aussi simple puisse engloutir une telle somme d'argent. Ce projet devait au départ coûter quelques millions de dollars et faire ses frais.

Je ne veux pas discuter ici de la pertinence du registre des armes à feu, mais de la pertinence d'avoir deux registres d'armes à feu. Depuis déjà fort longtemps, chaque province à déjà un registre qui ferait très bien l'affaire!

Plusieurs types de projectiles sont déjà inscrits dans les registres des provinces et tous ces projectiles causent beaucoup plus de dommages que les armes à feu. Le fait que ces projectiles soient enregistrés ne semble réduire ni le nombre ni la gravité des dommages. Cependant, il faut admettre que l'enregistrement des projectiles aide à déterminer et localiser les responsables des dommages.
Qu'est-ce qui distingue ces projectiles déjà compilés aux registres des provinces de ceux que le gouvernement fédéral tente de compiler à grand frais dans son propre registre ?

Le poids, tout simplement le poids.
Le projectile de l'arme à feu pèse quelques grammes alors que les projectiles déjà compilés aux registres provinciaux pèsent quelques centaines de kilos et dans certains cas quelques tonnes.

Dans les deux registres, on compile des noms, des adresses, des numéros d'assurance sociales, des permis de conduire et des projectiles de toutes sortes associés à ces données personnelles.
On parle ici, vous l'avez deviné, du registre d'immatriculation des véhicules (automobiles, motocyclettes, motoneiges, quads, remorques) établi dans chacune des provinces.
Il suffirait d'ajouter au registre de la province, une nouvelle classe de projectiles, les armes à feu.


Le registre d'arme à feu unique offre de nombreux avantages:

Les bureaux d'enregistrement à travers toute la province sont déjà bien établis et faciles d'accès.
La banque de données répertorie déjà plus de 4 millions de noms et adresses. L'ajout des armes à feu impliquerait des coûts de mise en service quasi nuls et possiblement une source de profit pour la province.
En visant la plaque du gros projectile, le policier sait automatiquement si le gros projectile est susceptible de transporter un petit projectile.

Cette solution est probablement trop simple pour retenir l'attention de nos politiciens.
Cette solution n'ajoute rien ou presque à la bureaucrasserie gouvernementale.
Cette solution ne demande pas la création d'une nouvelle agence; donc pas d'occasion de nominations partisanes.
Cette solution ne nécessite pas de nouvelles infrastructures présumément de hautes technologies; donc pas d'occasion de contributions occultes aux caisses de partis, contributions élégamment nommées commandites.

Louis Charbonneau
Conseiller en informatique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire